Lumière sur consultez cette page

Texte de référence à propos de consultez cette page


Si vous commencez, connaître la valeur des mains au poker est le premier nécessaire. Vous pouvez retrouver ci-contre un classement plus facile d’accès, mais vous pouvez de plus vous rendre sur notre page du classification des mains du poker pour des explications plus détaillées. Lorsqu’un ou plusieurs joueurs lors d’un tour d’en- chère se vendent à tapis et ont à leur disposition des moins de je- tonalités que leurs adversaires, le récipient principal est mis de côté et un bocal annexe est créé. Chacun de ses joueurs à tapis ne pourra pas gagner plus que la hauteur de son stack investit combiné au montant principal du récipient principal. Si l’action continue, les joueurs restant vont alors poursuivre à jouer en mi- sant dans un pot annexe. À l’abattage, si un des joueurs à tapis jouant pour le récipient principal gagne la main, il le remportera alors en gagnant des autres joueurs l’équivalent des jetons qu’il a misé.

Au poker Texas Hold’em, le côté se joue dans l’idee horaire ( sens des aiguilles d’une montre ). Un croupier professionnel est chargé de melanger les cartes et de les distribuer. Dans notre exemple sous ce paragraphe ( photo ‘ sens du jeu ‘ ), se trouve à coté du croupier ‘ le donneur virtuel ‘. C’est a partir de lui que va entreprendre l’effet. DONNEUR : C’est le joueur qui est placé sur le siège d’où les cartes vont être distribuées. la place du donneur est symbolisée par le Bouton, un disque avec un ‘ D ‘ au centre. Le joueur immédiatement à sa gauche mise le Small Blind ( SB – mise obligatoire ), et le joueur d’après mise le Big Blind ( BB – qui est souvent le double du Small Blind ).

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, un jeton perdu vaut plus qu’un jeton gagné. Pourquoi ? C’est simple. Vous avec un stack de 10’000. Les blinds sont 200-400. Vous avez 25 BB et êtes encore assez tranquille, il n’y a pas le feu. Vous gagnez 8’000. Super, vous avez 18’000, soit 45 BB. Vous êtes assez bien, mais il y a encore un très long chemin. Maintenant prenons la situation inverse. Vous perdez 8’000. Aïe, vous stack a fondu à 2’000. Et là, c’est beaucoup plus ennuyeux. Il vous reste 5 misérables BB, il va falloir sacrément cravacher pour remonter ça. Il vaut mieux faire un fold de trop qu’un call de trop. Vous aurez un meilleur spot plus tard. Vous venez de bust de votre tournoi. Vous arrivez au bar et rejoignez les autres joueurs qui ont sauté du tournoi avant vous. Ecoutez les discussions. Chacun dit le pire bad beat de toute l’histoire du poker qui l’a fait sauter. Un autre s’est fait craquer les as.

Certains jours et horaires sont plus rentables que certains. Quand je parle de jouer au bon moment correspond donc à aller aux tables quand les mauvais joueurs y sont. Les soirs de semaine et les week-ends sont les meilleurs moments. Vous vous exposez aux bad beats, mais vous pourriez gagner pas mal d’argent. À l’inverse, d’autres heures peuvent être d’avantage difficiles avec essentiellement de bons joueurs à table. Il vaut mieux prévoir son planning pour être assis aux bonnes heures. Vous devenez un joueur régulier. Les points réguliers s’accumulent, vous accéder quelques avantages liés à un statut fidélité ( ex : un bonus ou une inscription à un freeroll ) et vous vous dites qu’il est possible de se faire ainsi de l’argent. Le mois d’après, vous jouez moins et le 28, vous décidez de jouer six heures à la suite pour acquérir de nouveau votre situation. ce laps de temps, vous fatiguez, amusez-vous mal et perdez trois fois plus que ce que vous gagnez avec le programme fidélité…

Il n’est pas rentable de jouer chaque main au poker. Cette évidence n’est pas souvent comprise ni par les joueurs amateurs ni par les professionnels. Des conversations comme « Je sais bien que je ne devrais pas suivre, mais je pense que je peux dominer cet idiot post-flop » ou « Si le flop est bon, je peux déstacker ce fou qui joue comme un imbécile » sont malheureusement fausses. Comprendre la catégorie qu’a votre adversaire n’est pas réservé aux génies des mathématiques, c’est quelque chose que vous savez déjà. Chaque fois que vous avez couché A7o à une remet à jour parce que « Cette main me cause toujours des contrariétés » ou que vous avez suivi avec VTs car « Ce homme est tellement grande et ma main floppe parfaitement », vous faites déjà ce que j’ai décrit dans les paragraphes ci-dessus. Également quand vous avez suivi avec une petite paire dans les blinds parce qu’« il y a de la valeur » ou que vous avez suivi la propose une réduction sur d’un joueur serré avec 67s parce qu’« il est très serré donc si le flop est bon, je vais être payé ».

Tout savoir à propos de consultez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.