Mon avis sur en savoir plus

En savoir plus à propos de en savoir plus

Aussi loin que l’on remonte dans l’histoire des techniques, on trouve des traces d’une préoccupation industrielle ( industria = action ou étude en latin ), au sens d’une action consistant à mobiliser les savoirs et techniques de l’époque pour vous rendre service avec rigueur aux besoins hommes. Certains datent ainsi la naissance de la manufacture de produit industiel moderne à l’apparition des arsenaux de Venise, au début du XIIe siècle. Mais, dans les descriptions réputées, la fabrication industirelle débute avec le machinisme, pour poursuivre aujourd’hui son évolution vers des pays numériques. La Fabrique de l’Industrie vous propose de revenir sur l’histoire de la manufacture de produit industiel et sur les tenants et les aboutissants de l’économie industrielle.

Au 19e s., l’union européenne et les États-Unis connaissent de grandes transformations financiers et sociales. Stimulés par les améliorations techniques, ils s’industrialisent. C’est à cette époque que les chemins de fer ( et les premières locomotives fumantes ) apparaissent, de la même manière que le jour le télégraphe, le appel téléphonique, et les journaux bon marché qui composent circuler plus vite d’air et les nouvelles. La croissance spectaculaire des villes fait de cet âge industriel une ère prodigieuse. La première révolution industrielle est généralement présentée comme le fruit technique accompli à la fin du 18e s. et au début du 19e s.. Ainsi manifestation et l’amélioration de l’outil à vapeur pro en 1769, inventée par la langue anglaise James Watt permet d’actionner d’autres machines et change de façon radicale les techniques de production. Cette période marque l’apparition de la mécanisation qui érigera l’industrie en fondements de la structure économe de la compagnie, se substituant ainsi à l’agriculture. L’extraction massive du charbon couplée à cette nouvelle machine à vapeur d’eau permet de mettre à disposition une énergie nouvelle pour donner une impulsion aux réseaux ferroviaires et aux partenariats économiques.

La numérique signifie tout d’abord de peindre dans nos propres sites de fabrication les meilleures utiles du marché. Par exemple, le transmission sans interruption des données de l’ingénierie et ensuite vers l’industrialisation et pour finir vers la réalisation. Cela réduit, parmi d’autres choses, des coûteuses et longues phases de réinjection de données. Cette permet également de réduire le time to market* de nos acquéreurs, à qui nous proposons des solutions d’automatismes et des logiciels. C’est une demande forte du marché et nous devons y répondre. conclure, dans la façon de faire fonctionner nos usines, la numérique doit nous donner plus de souplesse de génération, une plus grande capacité à parler des produits de plus en plus variés, avec une économie de matières et d’énergie.

Le déclin industriel français ne date pas d’hier. Les années 90 s’ouvrent sur une perte brutale de la réalisation manufacturière : -12, 5% entre le 1er trimestre et le 4ème trimestre 93. L’économie française comme celles des autres pays avancés tombe en récession. Récession amplifiée, en France, par le durcissement de la politique monétaire : les taux d’utilité flambent et les entreprises comme les ménages doivent se désendetter en sos. Cela met à terre la construction, un débouché majeur de la manufacture de produit industiel, ce qui accentue sa perte.

Mais les conditions de travail ne sont pas roses. En plus de la déqualification des tâches, la modification de la loi sociale ( augmentation de la durée légale du temps de travail, travail de nuit, etc. ) détériore les relations dans les ateliers. Des mouvements revendicatifs vont apparaître notamment en 1917 contre l’inégalité des revenus, l’affaiblissement le résultat du cadences riches, l’absence d’initiative, la répétitivité des gestes, etc. Pour les tensions, l’etat va instaurer pour les usines de guerre des Comités définitifs de conciliation et d’arbitrage régionaux fabriqué de délégués ouvriers et de dirigeants. De leur côté, les industriels misent sur le paternalisme et essaient d’aider leurs ouvriers à lutter contre les difficultés du quotidien en aidant le ravitaillement, le logement, ou la garde des enfants.

Technologies digitale et mobile : depuis les années 2000, les applications web n’arrêtent pas de se diffuser et de se démultiplier. Plus récemment, ce sont les applications android ( téléphones mobiles et tablettes ) qui montent en puissance. Ces nouveautés sont de véritables outils de la gestion des compétences. Elles assouplissent les partenariats entre les partenaires internes et externes et allègent des tâches lourdes et à faible valeur ajoutée, notamment dans le quartier tertiaire. Les dernières mode sont à l’interconnexion des systèmes, jusqu’ici trop cloisonnés. Les avancées technologiques web et mobiles facilitent le diffusion de données et révèlent des soins plus adaptés, agiles et judicieux. C’est sure sans compter les progressions en User Experience et User Interface qui facilitent l’utilisation de ces applications.


Complément d’information à propos de en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.